Partager

Le Parlement européen ouvre la porte à l’extension de la pêche électrique

Partager :

Aujourd’hui, la Commission de la pêche du Parlement européen a voté un amendement permettant une extension massive de la pêche électrique en Europe. « Les lobbies de la pêche industrielle ont gagné… La bataille va maintenant porter sur le vote en plénière » a commenté Claire Nouvian, Présidente de BLOOM. « On est dans une situation totalement aberrante et inacceptable sur le fond dans laquelle 27 députés européens déterminent l’avenir des pêcheurs et des océans européens. Ils subissent, et acceptent, soyons honnêtes, le rouleau compresseur du lobbying industriel. Heureusement la Commission a refusé de justesse de donner mandat au rapporteur pour aller directement en trilogue. Le vote en plénière aura donc bien lieu« .

Dans le cadre d’un examen du Règlement sur les mesures techniques 2016/0074(COD), 23 eurodéputés contre 3 ont approuvé un compromis politique (le compromis n°10 sur l’article 24) permettant d’étendre largement le nombre de chalutiers électriques en Europe. En effet, ce compromis permet d’équiper 5% de la flotte de chaque « métier »[1] en techniques « innovantes », qui incluent maintenant la pêche électrique. En Mer du Nord, cette limite de 5% a même été supprimée et les Néerlandais peuvent donc maintenant équiper 100% de leur flotte en chaluts électriques. « C’est un scandale d’un point de vue environnemental et social » résume Frédéric Le Manach, directeur scientifique de BLOOM. « Aucune justification rationnelle ne vient étayer une position aussi outrageusement en faveur d’une poignée d’industriels néerlandais« .

Ce résultat désastreux peut toutefois encore être remis en cause d’ici le vote en plénière, qui aura bien lieu car le rapporteur du Règlement, l’espagnol de droite (groupe PPE) Gabriel Mato, n’a pas reçu l’aval de ses collègues pour négocier directement en trilogue le texte de loi final au nom du Parlement, avec le Conseil de l’Union et la Commission européenne.

Les lobbies industriels aimeraient un vote rapide d’ici février 2018, il appartiendra aux députés d’en décider.

***

Pour aller plus loin

En Europe, la pêche électrique est interdite depuis 1998, mais en vertu de dérogations octroyées par la Commission européenne dès fin 2006, elle est autorisée dans chaque État membre à hauteur de 5% de chaque flotte de chalutiers à perche pour une pratique en Mer du Nord (voir carte sur le site de BLOOM). La flotte néerlandaise a quant à elle, équipé 28% de ses chalutiers de façon totalement illégale. BLOOM a porté plainte contre les Pays-Bas auprès de la Commission européenne à propos des licences illégales mais celle-ci ne nous a pas répondu, comme elle n’a pas répondu non plus au député européen Pascal Durand qui lui a pourtant posé une question prioritaire à ce sujet le 19 octobre 2017.[2]
La pétition de BLOOM adressée aux eurodéputés de la Commission de la pêche a dépassé 84 000 signatures juste avant le vote.

Lire la tribune de scientifiques et de personnalités politiques appelant l’Europe à « interdire la pêche électrique« , publiée dans Le Monde le 15 novembre 2017.

Voir en rediffusion le reportage du 19 novembre sur la pêche électrique de l’émission C Politique (France 5) à 1h06’07 ainsi que le débat en plateau qui a suivi en présence de Claire Nouvian.

Pour en savoir plus sur la pêche électrique

Notes et références

[1] Un engin de pêche utilisé dans une zone particulière pour cibler un groupe particulier d’espèces.
[2] Question prioritaire n° P-006573/2017 adressée le 19 octobre 2017 à la Commission européenne qui aurait dû répondre au plus tard le 9 novembre.

Partager :