Partager

Mobilisation européenne des pêcheurs contre la pêche électrique

Partager :

#FishersResist

Aujourd’hui, les pêcheurs traditionnels européens entrent en résistance contre la pêche électrique. Dans plusieurs ports de l’Union européenne, une action simultanée et sans précédent des pêcheurs côtiers se déroulera pour appeler les responsables politiques européens à interdire définitivement cette technique de pêche destructrice.

Des pêcheurs de Belgique, de France, d’Allemagne, du Royaume-Uni, d’Irlande, d’Italie et même des Pays-Bas ont décidé d’agir avec d’autres pêcheurs et des ONG pour dénoncer une méthode de pêche qui détruit le milieu marin et menace leur survie économique.

> Les organisations de pêcheurs et les ONG ont lancé une plateforme d’action collective pour interpeller les décideurs : http://www.stopelectricfishing.org

Lundi 18 juin 2018 à 9 heures, les pêcheurs interviendront dans les ports suivants de la Mer du Nord : IJmuiden (Pays-Bas), Nieuwpoort (Belgique), Boulogne-sur-Mer (France), Lowestoft (Royaume-Uni), et sept îles en Irlande (Arranmore, d’Inishbofin Island, Clare Island, Inis Lyre, Inis Oirr, Bere Island, Sherkin Island). D’autres régions se mobilisent également: Flensbourg sur la Mer Baltique (Allemagne), Mandriola et Oristano (Italie), et en France : Saint-Mandrier sur la côte méditerranéenne et Saint-Jean-de-Luz sur la côte atlantique.

La pêche électrique a été interdite en Europe en 1998 mais la Commission européenne l’a autorisée, avec l’accord du Conseil, à partir de 2006 dans le cadre d’un régime dérogatoire exceptionnel. Cette décision inique, qui allait à l’encontre de l’avis scientifique explicite fourni à la Commission, n’en finit pas de semer le désordre dans le secteur de la pêche : toute une flotte chalutière aux Pays-Bas a été convertie à l’électricité, c’est-à-dire une méthode de pêche interdite et destructrice, sous couvert de licences expérimentales et scientifiques. Mais le gouvernement néerlandais, les scientifiques et les industriels de la pêche aux Pays-Bas ont tous reconnu publiquement que la recherche scientifique n’avait pas été menée. Le gouvernement néerlandais et la Commission européenne sont également mutuellement coupables d’avoir fourni des licences électriques bien au-delà de la limite légale autorisée.

D’un point de vue financier, la pêche électrique est devenue le symbole des arbitrages biaisés des pouvoirs publics en faveur des lobbies de la pêche industrielle puissants et surreprésentés politiquement. Pour sauver la flotte de chalutiers à perche néerlandais au bord de la faillite, la pêche électrique, jusqu’alors considérée « destructrice » a été rebaptisée comme « innovante ». Ce tour de passe-passe a non seulement permis aux industriels de pratiquer cette méthode de pêche interdite, mais aussi d’obtenir des millions d’euros de subventions pour équiper les chalutiers en électrodes, la note étant payée par l’argent public des contribuables et des citoyens européens.

→ Les associations environnementales et les organisations de pêcheurs ont demandé à l’Office européen de lutte antifraude d’enquêter sur les fraudes potentielles dans la pêche électrique. Lire ici: https://www.bloomassociation.org/plainte-olaf/

La pêche électrique est à l’Europe ce que la chasse « scientifique » à la baleine est aux nations qui la pratiquent : une honte. Autoriser l’usage du courant pour capturer des poissons contredit tous les engagements de l’UE en faveur de la durabilité, enfreint les règles de transparence financière de l’UE et déroge aux obligations légales permettant d’assurer un accès équitable aux ressources aux pêcheurs. La pêche électrique piétine aussi les objectifs réglementaires de protection de l’environnement et d’utilisation des deniers publics.

« Ce qui nous choque le plus chez BLOOM, c’est de voir que les politiques publiques sont sciemment complices de la destruction de l’emploi. Soutenir les méthodes de pêche les plus violentes pour l’environnement est déjà inacceptable, mais que les pouvoirs publics persistent à encourager, et même financer, les méthodes de pêche qui détruisent les métiers les plus vertueux, ça nous ulcère » réagissait Claire Nouvian fondatrice de BLOOM. Par exemple, alors que les chalutiers électriques rejettent entre 50 et 70%[1] des poissons capturés, les filets maillants ne rejettent qu’un maximum de 6% de captures.[2] De même, pour un litre de carburant, les filets maillants capturent jusqu’à 6 fois plus de poissons (2 à 3 kilos) que les chalutiers électriques (450 grammes).

« Même lorsque les preuves scientifiques et quantifiées sont produites, les décideurs politiques au niveau européen ou national persistent à défendre les pires pratiques de pêche au lieu des meilleures. Cette gestion irrationnelle et délétère des richesses naturelles (les poissons) et des richesses publiques (nos impôts) ne s’explique que par l’influence disproportionnée des industriels sur les décisions publiques. C’est révoltant » renchérissait Mathieu Colléter, responsable Science & Relations institutionnelles chez BLOOM.

Malgré les mérites socioéconomiques et écologiques évidents des méthodes utilisées par les petits pêcheurs et les pêcheurs traditionnels, les méthodes de pêche les plus destructrices, les plus consommatrices de carburant et les plus tributaires des subventions sont soutenues par les pouvoirs publics.

Au fil des ans, l’épuisement du poisson le long des côtes de la mer du Nord a amené les pêcheurs traditionnels au bord du gouffre économique. A titre d’exemple, entre 2014 et 2018, les fileyeurs des Hauts-de-France ont perdu en moyenne 50% de leurs captures de soles.[3]

Les lobbies industriels, année après année, ont pris le contrôle des flottes, des organisations de producteurs (qui allouent les quotas de pêche), des organes de représentation politique et des structures de gestion portuaire. Lentement mais sûrement, les petits pêcheurs ont été réduits au silence. Ils savent que s’ils osent dénoncer les acteurs dominants, les représailles sont immédiates et féroces (quotas, droits de pêche, licences, etc.)

Leur avenir est aussi sombre qu’un tunnel dont on ne voit pas le bout… Il aura fallu atteindre un désespoir total et le risque de faillite généralisée pour que les pêcheurs dénoncent l’oppression des acteurs industriels dans leurs quartiers maritimes. Ils sont maintenant déterminés à se battre jusqu’à la fin, jusqu’à ce que la pêche électrique soit complètement et définitivement interdite en Europe.

> BLOOM, les ONG et les organisations de pêcheurs ont lancé une plateforme d’action collective pour demander aux responsables politiques d’interdire définitivement la pêche électrique en Europe : http://www.stopelectricfishing.org

Notre communiqué de presse est aussi disponible en anglais, néerlandais, italien, polonais, et portugais.

***

Citations de professionnels du secteur de la pêche :

« Le chalut électrique, pour nous, c’est le nouveau saut technologique qui pourrait menacer l’ensemble de la pêche européenne. Pourquoi on est arrivés à une diminution de plus de la moitié des bateaux ? Parce que l’Europe a subventionné la construction de bateaux plus gros, avec cette histoire de chaluts électriques, on est exactement dans le même scénario. On va subventionner, on va favoriser par la loi une technique de pêche encore plus efficace, encore plus intensive.

Quel sera le résultat ? Moins de bateaux, c’est certain.

5% d’autorisation, pour nous, ce n’est pas scientifique, une pêche scientifique devrait être un protocole avec des bateaux pilotes, un nombre cadré, un pourcentage ne veut rien dire. »

Ken Kawahara, porte-parole de la Plateforme de la Petite Pêche

« Les chalutiers électriques néerlandais sont chez nous, dans les eaux françaises, 80% de leur temps. Nous avons perdu plus de 50% de production entre 2012 et 2017. Ca fait 30 ans que je fais ce métier et j’ai toujours fait ce que j’ai pu pour pérenniser cette activité de pêche. Or on ne peut pas pérenniser une activité sans protection des ressources.

Nous étions 79 navires en 2014, en 2018 nous serons 42 bateaux parce que les pêcheurs hollandais qui pêchent à l’électricité sont venus en concurrence déloyale.

Ne laissez pas des pêches « innovantes » arriver qui vont plus vite que la reproduction du poisson. La Commission européenne ne parle que de préservation de la ressource mais n’est pas capable de légiférer dans ce sens. »

Stéphane PINTO, représentant des fileyeurs des Hauts de France

POUR EN SAVOIR PLUS

Subventions publiques

Jusqu’à il y a quelques jours, l’ampleur du scandale financier ne pouvait être pleinement évaluée car les Pays-Bas refusaient de publier le fichier des subventions publiques attribuées de 2007 à 2014,[4] rendant impossible le calcul des subventions totales accordées à la pêche électrique depuis l’introduction des dérogations.

C’est chose faite depuis mi-juin, c’est-à-dire depuis notre seconde plainte contre les Pays-Bas pour non-respect des obligations de transparence, depuis que notre coalition d’acteurs a demandé l’ouverture d’une enquête européenne pour fraude et que BLOOM a écrit au Premier Ministre néerlandais, Mark Rutte.

La publication du fichier de subventions publiques de 2007 à 2014 permettra à BLOOM de compléter les montants alloués à la pêche électrique.

BLOOM avait déjà réussi à estimer les subventions allouées depuis août 2015. En un peu plus de deux ans, au moins 5,7 millions d’euros de subventions publiques ont été allouées au développement des flottes de pêche électrique industrielle aux Pays-Bas, dont 3,8 millions proviennent de Fonds européens (67% du total).[5] Ces subventions publiques ont été attribuées sous les titres de «recherche», «innovation» et «meilleures pratiques».

→ Lire la plainte de BLOOM contre les Pays-Bas à propos des licences illégales

→ La plateforme pour les pêcheurs artisans européens « LIFE » (Low Impact Fishers of Europe) a recueilli en ligne des témoignages de pêcheurs sur l’état de l’environnement marin après le passage des chaluts électriques.

→ Lire notre document de plaidoyer contre la pêche électrique : « Pêche électrique, pourquoi il faut l’interdire »

→ Lire la position commune des pêcheurs et des ONG

→ Lire le communiqué de presse de la Plateforme petite pêche artisanale

Notes et références

[1] Voir Cappell et al. (2016) MSC sustainable fisheries certification — Off-site surveillance visit — CVO pulse sole and plaice fishery — Public comment draft report. Acoura Marine Ltd, Edinburgh (UK). 261 p. Voir également Baarseen et al. (2015) Verkenning economic impact aanlandplicht op Nederlandse kottervloot. Flynth & LEI Wageningen UR. 69 p.

[2] Kelleher (2005) Discards in the world’s marine fisheries: an update. Fisheries Technical Paper 470, Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO), Rome (Italy). 152 p.

[3] FranceAgriMer, 2018, « Focus sur la sole – cas des fileyeurs du Nord », disponible à :

http://www.lemarin.fr/sites/default/files/2018/05/24/extrait_sole_0.pdf

[4] Sous le Fonds européen à la pêche (FEP).

[5] Données sur le Fonds européens pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) pour la période 2015-2010. Disponibles à : http://www.rvo.nl/sites/default/files/2017/05/20170430_Openbaarmaking_EFMZV_2_v1.csv

Partager :