Partager

L’accord sur la senne danoise capote grâce à la pression des pêcheurs

Partager :

L’opposition et la pression des pêcheurs ont triomphé : l’accord sur la senne danoise appelé Gentleman agreement, qui voulait légitimer la présence de ces navires en Manche, n’a pas été signé, et ce, malgré la pression des lobbies industriels néerlandais. Une petite victoire mais le problème de fond n’est pour autant pas résolu : le modèle industriel destructeur se développe à grande vitesse.

Un cheval de Troie pour s’installer durablement en Manche

Pour rappel, l’industrie néerlandaise négociait dans la totale opacité un accord présenté comme un encadrement de la senne danoise. Loin de limiter cette activité, il s’agissait en fait d’un cheval de Troie pour permettre d’instituer un précédent validant le pillage des ressources et la destruction de la pêche artisanale par la pêche industrielle néerlandaise.

> Lire notre décryptage : L’ingérence néerlandaise dans la pêche européenne

Pris en flagrant délit de fraude

Parmi les négociateurs de cet accord sur la senne danoise, l’Organisation de producteurs FROM Nord,[1] et son président Antoine Dhellemmes, également ancien directeur général de France Pélagique une filiale française de l’empire néerlandais Cornelis Vrolijk.[2] Les 6 et 7 mai 2021, l’un des deux anciens senneurs de France Pélagique, le Tourmalet, a débarqué à la criée néerlandaise de Scheveningen, respectivement 3134 kg et 200 kg de chinchard, alors que le quota de l’OP FROM Nord pour cette espèce est épuisé depuis le 28 avril 2021.[3] Sa pêche est donc interdite aux adhérents de cette OP.[4] Cette fraude met en lumière un grave problème de contrôle des captures au débarquement. La Commission européenne a pourtant déjà mis en garde les Pays-Bas, en lui adressant une lettre de mise en demeure en octobre 2020. Elle estime en effet que cet Etat membre n’assure pas un contrôle approprié des débarquements dans ses ports, ce qui peut entraîner surpêche et non-respect des quotas.

Une absence de contrôle des captures nuisible à la profession

Afin de réclamer des contrôles systématiques des débarquements des senneurs industriels néerlandais, un nouveau blocage, réalisé par les pêcheurs des Hauts-de-France rejoints par quelques pêcheurs Normands, a eu lieu dans la nuit du jeudi 20 mai 2021 afin de les empêcher de débarquer à Boulogne-sur-Mer.[5] Les deux senneurs de 34 mètres de France Pélagique ont ainsi été bloqués. En effet, les navires néerlandais ou sous capitaux néerlandais débarquent le fruit de leur pêche en France sans le moindre contrôle et le poisson est ensuite directement acheminé par camion aux Pays-Bas. Ce système est propice à la fraude et nuit à la santé des écosystèmes et à la pêche artisanale. Les pêcheurs ont annoncé que les actions de blocage sont reconductibles, et ce jusqu’à la mise en place d’actions concrètes contre ce pillage industriel. La lutte contre la fraude des industriels est devenue un nouveau cheval de bataille.

Pour aller plus loin

FROM Nord

Le FROM Nord compte parmi ses adhérents trois armements hauturiers :

  • Compagnie des pêches de Saint-Malo,
  • Comptoir des Pêches d’Europe de Nord – EURONOR,
  • France Pélagique.

Au total :

  • 4 Navires hauturiers « Pêche Fraîche »,
  • 6 Navires hauturiers « Congélateurs »
Compagnie des Pêches de Saint-Malo

Héritière d’une longue tradition de pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve, Compagnie des pêches Saint-Malo  allie au savoir faire un souci constant d’innovation technologique.

Dans le respect des Hommes et de l’environnement, Compagnie des pêches Saint-Malo grandit pour mieux répondre à votre alimentation d’aujourd’hui et votre santé de demain.

  • « OCEAN TIGER », navire brise-glace surgélateur de 61 mètres spécialisé dans la pêche des crevettes nordiques (pandalus Borealis) exploite les crevettes dans les eaux froides du Groëland et du Svalbard.
  • « JOSEPH ROTY II », seul navire usine européen équipé pour la production de surimi à base de merlan bleu (petit galidé pêché dans les eaux froides de l’Atlantique nord).

Au-delà des 110 marins, les activités industrielles à terre emploient 260 personnes.

Pour en savoir plus : www.compagniedespeches.com

Comptoir des Pêches d’Europe du Nord

HISTORIQUE:

Le Comptoir des Pêches d’Europe du Nord, est né en janvier 2006 du rapprochement des deux armements à la pêche hauturière de Boulogne-sur-Mer, la Société Boulonnaise d’Armement Le Garrec, créée 1929 et Nord Pêcheries, créé en 1945. La mise en commun de l’expérience et du savoir-faire a permis à EURONOR de devenir un acteur majeur de la pêche au lieu noir et des espèces de grands fonds en Europe. En janvier 2011, EURONOR est devenue filiale à 100% du groupe britannique UK Fisheries, joint-venture entre deux des leaders mondiaux de la pêche, l’islandais Samherji et le hollandais Parlevliet & Van der Plas.

ACTIVITE :

La flotte de chalutiers hauturiers travaille dans le nord de la Mer du Nord, en Ouest Ecosse, dans les eaux des Iles Féroé, en Mer de Norvège et au Spitzberg pour produire des filets de poissons surgelés en mer et du poisson frais.

Pour en savoir plus : www.euronor.eu

France Pélagique

France Pélagique, filiale française du groupe Cornelis Vrolijk, est spécialisée dans la pêche des espèces de poissons de pleine mer : maquereau, hareng, chinchard, merlan bleu et sardine. Elle gère depuis son siège parisien 2 chalutiers congélateurs navigant sous pavillon français dans les eaux européennes (mer du Nord, Atlantique Nord-Est et Manche) : le PRINS BERNHARD et le SCOMBRUS. Les produits de la pêche sont destinés majoritairement aux marchés d’Europe de l’Est, d’Asie et d’Afrique. La société détient également des parts dans l‘Armement War Raog, une société basée en Bretagne, à Concarneau, et qui possède et exploite 3 senneurs (« bolincheurs »).

France Pélagique rassemble une centaine de collaborateurs – navigants et employés au siège parisien ; War Raog, une vingtaine. La flotte de France Pélagique se distingue par ses innovations technologiques, qui répondent aux enjeux sociaux et environnementaux d’un secteur réglementé au niveau communautaire par des plans de gestion durable et responsable des ressources maritimes. À terre comme en mer, l’entreprise répond aux exigences et aux attentes des consommateurs, soucieux de soutenir une pêche respectueuse des ressources halieutiques et des conditions de travail, de sécurité et d’évolution des marins pêcheurs. respectueuse des ressources halieutiques et des conditions de travail, de sécurité et d’évolution des marins pêcheurs.

Retrouvez nos précédentes actualités :

Notes et références

[1] « Le FROM Nord compte parmi ses adhérents trois armements hauturiers sous capitaux néerlandais : la Compagnie des pêches de Saint – Malo, le Comptoir des Pêches d’Europe du Nord – EURONOR, et France Pélagique ». L’Armement Boulonnais, franco-néerlandais, fait également partie des adhérents. Voir la note « Pour aller plus loin »

[2] Depuis janvier 2020, son fils Geoffroy Dhellemmes a pris la tête de l’armement France Pélagique.

[3] Selon les déclarations de criée, les débarquements du 6 mai et 7 mai 2021 du Tourmalet correspondent respectivement à trois et un jours de pêche en Manche-Est (zone CIEM 7d), acheminés par camion frigorifié à la criée de Scheveningen

[4] « Le sous-quota de chinchard (Trachurus spp.), attribué aux navires adhérents à l’organisation de producteurs FROM Nord dans les eaux des zones IV b, IV c, VII d, est réputé épuisé pour l’année 2021. La pêche de chinchard est donc interdite en zones IV b, IV c, VII d pour les navires adhérents à l’organisation de producteurs FROM Nord. » source Avis du 28 avril 2021 paru dans le Journal Officiel : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043425149

[5] Deux blocages du bassin de Loubet à Boulogne-sur-Mer ont déjà eu lieu en décembre 2020 pour protester contre la présence croissante des navires néerlandais en Manche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager :