Dîtes Chalut à la pêche électrique

Partager

Une BD appelle la France à agir pour l’interdiction de la pêche électrique en Europe

Partager :

Dîtes Chalut à la pêche électriqueDeux personnalités, l’auteure Capucine Dupuy et l’artiste « Terreur Graphique », dénoncent le scandale de la pêche électrique dans une BD humoristique que BLOOM publie aujourd’hui en ligne. Cette bande dessinée invite les citoyens à interpeller le Président de la République et le Ministre Stéphane Travert pour qu’ils défendent réellement l’interdiction totale et définitive de la pêche électrique en Europe.

Depuis le vote du Parlement européen en janvier 2018 en faveur d’une interdiction définitive de la pêche électrique en Europe, la France a, elle aussi, pris publiquement position pour une interdiction totale de l’usage du courant électrique pour capturer des poissons. En mars 2018, le Président Emmanuel Macron l’a exprimé haut et fort : « Je ne suis pas favorable à la pêche électrique. C’est un sujet très contentieux entre nos pêcheurs. Je sais aussi et ça a été prouvé, les dommages que cela crée sur les réserves halieutiques et donc je pense que la décision européenne a été une bonne décision. (…) On va trouver d’autres méthodes mais on le fera en bonne intelligence et surtout pour préserver l’un et l’autre l’intérêt de nos pêcheurs. »[1]

Mais alors que les négociations dites de « Trilogue »[2], qui décideront du sort de la pêche électrique en Europe, vont bon train et que les Pays-Bas mobilisent tous les moyens possibles pour éviter une interdiction qui affecterait leurs pêches industrielles, la France, qui s’affiche comme « championne » de ce dossier, n’a rien fait de concret pour convaincre d’autres Etats membres de suivre sa ligne. Or quand la France veut peser diplomatiquement, elle le peut.

Claire Nouvian, fondatrice de BLOOM expliquait : « Si aucun Etat n’a été convaincu de défendre l’interdiction de la pêche électrique, c’est que la France n’a pas même tenté de le faire. Nous sommes face à un problème de double langage du politique, ni plus, ni moins. Il y a un hiatus gigantesque entre l’affichage du gouvernement et les moyens mis en œuvre. Si la France ne se mobilise pas urgemment, il sera impossible de gagner l’interdiction de cette pêche destructrice. Ce ne serait pas seulement accepter une dévastation radicale des océans, ce serait accepter que les politiques publiques détruisent activement l’emploi et l’équilibre économique de nos régions. Les pêcheurs artisans ne peuvent plus attendre. »

BLOOM et l’ensemble de ses partenaires, y compris les pêcheurs artisans d’Europe, attendent une action claire et forte du gouvernement au niveau européen.

Retrouvez ici la campagne de BLOOM.


[1] Propos tenus par Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse le 21 mars 2018, en présence du Premier Ministre néerlandais Mark Rutte.

[2] Le « Trilogue » désigne les négociations à huis clos qui ont lieu entre les trois institutions européennes : Conseil, Parlement et Commission en vue de réconcilier les positions, souvent antagoniques, des institutions entre elles. Le Traité de Lisbonne ne prévoit aucune limite de temps à ces négociations en première lecture.

Partager :