Partager

Des scientifiques en mission politique pour sauver la pêche électrique

Partager :

BEAUCOUP DE BRUIT POUR NE RIEN DIRE…

Sous la pression des politiciens néerlandais, les scientifiques du Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM)[1] ont émis un avis très partiel dans le but d’éviter l’interdiction de la pêche électrique en Europe. Rien de nouveau dans leur rapport, mais de nombreuses données ont été soigneusement sélectionnées pour permettre de qualifier la pêche électrique de « durable ». La science européenne a clairement besoin d’un processus de contrôle pour éviter d’être si grossièrement instrumentalisée à des fins politiques.

Le 30 mai 2018, l’organisme scientifique européen des pêches, le CIEM, a rendu publique sa réponse à une « demande spéciale » du gouvernement néerlandais qui voulait savoir si le chalutage électrique (raclage du fond marin avec des filets et des électrodes ) était meilleur ou pire que le chalutage à perche (raclage du fond marin avec des chaînes).

Cette question absurde équivaut à se demander « si la peste est meilleure que le choléra ? ». Elle a donné une occasion en or à l’industrie de la pêche néerlandaise et à ses lobbyistes — dont des personnalités politiques — de conclure que le chalutage électrique était durable.

Tweet de Peter van Dalen sur la "durabilité" de la pêche électrique

Le politicien et lobbyiste néerlandais Peter van Dalen est même allé jusqu’à affirmer que la pêche électrique était « la façon la plus écologique de pêcher ! »

De telles déclarations provoqueraient l’hilarité si elles n’avaient pas des conséquences funestes sur la politique européenne ainsi que sur le sort de la pêche électrique et des pêcheurs artisans en Europe. Les négociations du Trilogue concernant le Règlement sur les mesures techniques étant susceptible de prendre fin avant l’été, le fait qu’un organisme scientifique « renommé » offre aux défenseurs de la pêche électrique de faire des affirmations aussi outrageusement fausses n’est pas acceptable.

Comme le mentionne la Plateforme de la petite pêche artisanale française (lire leur article sur Facebook): « Comment se fait-il qu’un organisme scientifique supposé indépendant réponde à une « requête » qui est elle-même totalement orientée ?« . Les membres français de la plateforme LIFE (Low Impact Fishers of Europe) dénoncent le fait que le CIEM a suivi la même stratégie que l’industrie de la pêche néerlandaise, à savoir comparer exclusivement le chalutage électrique au chalutage à perche, bien que ce dernier fusse « l’un des pires engins de pêche au monde« .

Carola Schouten, la ministre néerlandaise en charge de l’agriculture et de la pêche, a noté que « [la négociation du Trilogue] n’est pas un processus simple, mais les conclusions de cette organisation internationale renommée renforcent notre position. » Mme Schouten veut évidemment éviter d’être considérée comme la responsable politique du fiasco du dossier « pêche électrique », qui englobe 1) des licences illégales, 2) une opération commerciale sous couvert de recherche et 3) des subventions publiques importantes accordées à de la recherche qui n’a jamais été réalisée. Mme Schouten a elle-même reconnu publiquement il y a quelques semaines qu’il n’y avait pas eu de protocole de recherche entre 2007 et 2017.

> Lire ici la plainte que nous avons déposée contre les Pays-Bas pour ne pas avoir divulgué les aides financières publiques accordées au secteur de la pêche aux Pays-Bas

Mais devinez quoi? Cette recherche non-faite est censée avoir alimenté le « nouvel » avis du CIEM…

Dans ce contexte de science fantôme, il n’est pas surprenant que la réponse du CIEM aux Pays-Bas n’apporte rien de nouveau au débat. Les scientifiques qui ont écrit cet avis « scientifique » n’ont pas dévoilé de nouvelles données sur des questions aussi fondamentales que les impacts sociaux de la pêche électrique sur les autres pêcheurs, les effets de l’électricité sur les œufs, les juvéniles et les invertébrés ou les effets à long terme de l’utilisation de l’électricité dans les écosystèmes marins. Sans parler des questions critiques telles que la mesure dans laquelle une technique de pêche aussi efficace peut-elle être économiquement viable pour ses promoteurs ? Avoir accès à la situation financière détaillée des compagnies engagées dans la pêche électrique nous donnerait probablement un éclairage dur et impitoyable quant à leurs performance au fil du temps.

BLOOM aimerait donc savoir quels scientifiques ont osé produire une tentative aussi désespérée de soutenir la pêche électrique au détriment de leur crédibilité scientifique. Nous avons envoyé une demande officielle au CIEM à cet effet que vous pouvez lire ici.

> Merci de prendre également le temps de lire notre analyse détaillée de l’avis du CIEM (en Anglais)

Les liens symbiotiques entre l’industrie de la pêche néerlandaise et les politiciens expliquent leur « syndrome du Titanic » (ils sombreront en même temps)…

Les politiciens néerlandais ont pris des décisions biaisées récurrentes en faveur de leur flotte en surcapacité de chalutiers à perche. Au lieu de réduire cette capacité de pêche pour mieux répartir les quotas de poissons plats et de remettre en question cette méthode de pêche socialement et écologiquement destructrice, les politiciens néerlandais ont obéi au diktat de l’industrie. Ils ont obtenu plus de quotas, plus de subventions publiques et plus de dérogations, permettant ainsi à leur industrie de contourner les lois européennes. Cette industrie a pour le moment pu rester à flot malgré une pratique de pêche clairement non durable et un modèle économique non viable.

En 2006, lorsque les lobbies de l’industrie néerlandaise et leurs alliés politiques ont obtenu de la Commission européenne des dérogations pour pratiquer la pêche électrique, ils ont une nouvelle fois manqué l’occasion de remettre en question leur modèle commercial non rentable, de réduire leur capacité de pêche et de s’engager vers l’utilisation d’engins de pêche plus vertueux.

> Lire nos révélations sur la décision scandaleuse et arbitraire de 2006 de la Commission européenne d’autoriser la pêche électrique

Aujourd’hui, le lobby néerlandais de la pêche électrique tente un nouveau tour de force au moment même où les négociations entre les institutions européennes (le fameux « Trilogue ») se déroulent, afin de maintenir leurs affaires à flot grâce à l’utilisation d’électricité et de subventions abondantes (bien que cachées).

Mais les écosystèmes marins, les citoyens européens et les pêcheurs artisans aux méthodes de pêche vertueuses ne doivent pas (et ne peuvent plus) payer le prix de l’entêtement de l’industrie de la pêche néerlandaise.

Cette industrie souffre manifestement du « syndrome du Titanic », c’est-à-dire la croyance des entreprises engagées à la frontière des nouvelles technologies d’avoir couvert les principaux risques… alors que ce n’est pas le cas.[2]

Cela signifie que l’industrie de la pêche néerlandaise pourrait scier la branche sur laquelle elle est assise. Encore une fois, leurs liens complexes avec les politiciens pourraient orienter la prise de décision publique en opposition directe avec l’intérêt général.

Ce n’est pas le rôle de la science européenne d’agir sous l’influence directe de l’industrie de la pêche et des politiciens pour éviter de remettre en question un modèle de pêche qui n’est tout simplement plus acceptable ou viable.

Les citoyens ont le droit d’attendre plus d’intégrité et d’indépendance des institutions scientifiques et politiques européennes.

> Lisez notre document de plaidoyer contre la pêche électrique

Notes et références

[1] Sur son site internet, le CIEM se décrit comme « une organisation mondiale qui met au point science et conseils pour promouvoir l’utilisation durable de l’océan. C’est un réseau de plus de 5 000 scientifiques provenant de plus de 690 instituts maritimes dans 20 pays membres« .
[2] Définition du « syndrome du Titanic » par le Huff Post.

Partager :