Partager

Position française sur les subventions néfastes : Lettre ouverte adressée au Ministre Didier Guillaume

Partager :

Les ministres de la pêche européens mettent gravement en péril leurs engagements internationaux afin de satisfaire les lobbies de la pêche industrielle plutôt que le bien public et la protection des petits pêcheurs côtiers. Le gouvernement français est responsable de cette orientation destructrice en s’étant positionné, aux côtés de l’Espagne et de l’Italie, en faveur de la réintroduction d’aides néfastes permettant d’augmenter la capacité de pêche, malgré un discours d’affichage contraire. Le Conseil défend une position insoutenable qui encourage la destruction des écosystèmes marins. Elle introduit et maintient des subventions néfastes, y compris la possibilité – en utilisant l’argent des contribuables européens – d’inciter à la construction de nouveaux navires de pêche. Ces subventions à la construction de bateaux neufs ont été interdites il y a 15 ans en Europe !

BLOOM, aux côtés des associations LPO et WWF France, a ainsi adressé une lettre ouverte sur la position désastreuse du gouvernement français à Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. Nous appelons le gouvernement français à prendre fermement position contre l’introduction de subventions néfastes et souhaitons urgemment un rendez-vous pour détailler cette nécessité. Il serait aussi incompréhensible qu’incohérent que la France soutienne de telles subventions alors qu’elle se veut leader sur la scène internationale en matière de biodiversité.

Pour rappel, le prochain Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) déterminera l’allocation de plus de 6 milliards d’euros de subventions publiques aux secteurs de la pêche et de l’aquaculture ainsi qu’à la protection du milieu marin pour la période 2021-2027. La France et l’Union européenne ont pris des engagements en 2015 à travers l’adoption des Objectifs de développement durable (ODD) aux Nations Unies, notamment l’ODD 14.6 qui fixe à 2020 l’élimination des subventions néfastes qui encouragent la surcapacité, la surpêche et la pêche illicite.

Voir notre lettre à l’attention du Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

Les ONG européennes ont fixé des lignes rouges claires afin que le FEAMP ne contribue pas à la surpêche et à la surpacité et permette au contraire de répondre à la crise environnementale en lien avec nos engagements internationaux. Vous pouvez les retrouver dans le tableau explicatif ci-dessous.

 

Partager :