Partager

La pieuvre « Casper » : à peine découverte, déjà menacée

Partager :

C’est à une profondeur record de 4 000 mètres où la température moyenne est de 1,5°C qu’un octopode à l’aspect translucide a été découvert. Cette pieuvre, surnommée « Casper » à cause de son absence de couleur, a la malheureuse particularité de pondre ses oeufs dans des zones très convoitées par les entreprises d’exploitation minière.

Une nouvelle espèce d’octopode

Octopus « Casper ». Credits : Deep Discoverer ROV team

La pieuvre Casper a été découverte au printemps dernier au large de Hawaii autour de 4 000 mètres de profondeur. Une étude publiée en décembre 2016 décrit plus précisément son cycle de vie extraordinaire, et s’inscrit dans le cadre d’une série d’explorations visant à trouver les organismes vivant dans ces environnements extrêmes. Comprendre l’impact des activités minières profondes sur ces écosystèmes et les animaux qui y vivent est crucial.

Un habitat menacé par l’exploitation minière

Les pieuvres Casper sont nombreuses dans les zones où des encroutements de manganèse existent, c’est-à-dire précisément aux endroits où les exploitants miniers espèrent extraire des minerais en grande quantité. Les chercheurs ont en effet observé que la pieuvre Casper déposait ses oeufs sur les squelettes d’éponges restés attachés à des nodules minéraux (concrétions rocheuses) riches en métaux et se formant dans les fonds océaniques. « Ces nodules sont intéressants pour les entreprises d’exploitation minière, car beaucoup d’entre eux contiennent des métaux utilisés dans la production de téléphones portables et autres équipements informatiques modernes » explique Autun Purser, l’un des auteurs de la publication. Ces gisements sous-marins sont aujourd’hui convoités par l’industrie car « la plupart des sources terrestres sont déjà exploitées et leur utilisation est de plus en plus chère « .

Des conséquences biologiques difficiles à prédire

Si ces concrétions étaient entièrement exploitées, l’élasticité de ces écosystèmes face aux changements (leur « résilience ») pourrait être mise à mal. « Ce serait une grande perte pour la biodiversité des eaux profondes » alerte Purser, car les octopodes ayant un rôle clé dans le fonctionnement de leur écosystème, leur disparition pourrait le modifier de manière radicale et non prédictible.

Regardez cette vidéo (en anglais)

Sources

Publication d’origine (pdf en anglais)

http://phys.org/news/2016-12-manganese-nodules-ground-deep-sea-octopuses.html

Partager :