Partager

Les Pays-Bas s’enfoncent dans le ridicule

Partager :

« Ridicule ! » C’est notre réaction, suite à l’annonce des Pays-Bas de saisir, le mercredi 9 octobre 2019, la Cour de Justice de l’Union européenne pour obtenir l’annulation de l’interdiction de la pêche électrique. Cette annonce était attendue, tant elle est dans la droite lignée du passage en force continu et de l’arrogance de ce pays concernant le dossier « pêche électrique ».

Loin de baisser la tête pour laisser passer la vague, alors que d’innombrables scandales ont été mis à jour au cours de notre campagne de près de deux ans pour obtenir l’interdiction de cette méthode de pêche destructrice (cf. ci-dessous), les Pays-Bas choisissent une nouvelle fois de mettre la pression politique pour satisfaire une poignée d’industriels cyniques et menteurs.

> Lire notre document faisant état de la corruption morale des Pays-Bas et de la Commission européenne

Pour rappel, des mois d’enquête et de recherche ont révélé que les Pays-Bas ont commis une série d’infractions au droit communautaire avec la complicité active des autorités publiques au niveau national et européen :

> Lire notre document de plaidoyer, qui reprend l’histoire depuis le début et déconstruit un à un les arguments du lobby de la pêche électrique

Cette annonce n’est donc qu’un pur coup de bluff politique et les pêcheurs artisans du pourtour de la Mer du Nord peuvent rester sereins : la pêche électrique est belle et bien interdite et le restera.

Pour aller plus loin

Le 2 octobre 2017, BLOOM avait porté plainte une première foisauprès de la Commission concernant le nombre de dérogations que les Pays-Bas avaient abusivement attribuées à sa flotte pour pratique la pêche électrique. Après avoir saisi la Médiatrice européenne en novembre 2018 en l’absence de réponse de la Commission, sa Direction des pêches (DG MARE) avait alors enfin reconnu que les Pays-Bas étaient en fraude et avait demandé au Collège des Commissaires d’ouvrir une procédure d’infraction. BLOOM est depuis, sans surprise, sans nouvelle de cette procédure.

Depuis, les Pays-Bas continuent de bafouer le droit européen. Ils ont conservé 42 dérogations alors que le nouveau règlement 1241/2019, entré en vigueur en août 2019, leur permet de ne conserver qu’un maximum de 15 licences. Le 18 septembre 2019, BLOOM a porté plainte une nouvelle fois auprès la Commission européenne pour contraindre les Pays-Bas à respecter la réglementation européenne.

Partager :