Partager

Le label MSC refusé de justesse à la pêche électrique

Partager :

La pêche électrique est la dernière idée de génie des industriels de la pêche. Cette technique consiste à envoyer des décharges dans le sédiment afin de capturer plus facilement les poissons plats qui y vivent enfouis. Autrement dit, on électrocute les poissons pour les faire convulser. Cette méthode forcément hyper efficace a des impacts très violents sur la biodiversité marine : les poissons remontés dans les chaluts montrent souvent des brûlures, des ecchymoses et des déformations du squelette consécutives à l’électrocution.[1]

Interdite depuis 1998 en Europe, elle bénéficie cependant d’une dérogation pour « test » et son utilisation se développe rapidement. Aux Pays-Bas, où des industriels ont largement investi dans cette technique de pêche radicalement efficace, le consortium regroupant les entreprises de pêche néerlandaises, la Coöperatieve Visserij Organisatie (CVO), est même entré l’an dernier en évaluation pour obtenir la certification MSC « pêche durable » pour la sole et la plie pêchées à l’aide de chaluts électriques. Heureusement, le verdict est tombé le 10 novembre : la CVO ne sera certifiée pour sa pêche électrique… en tous cas pour le moment ! Le MSC encourage en effet la CVO à retenter la certification une fois les problèmes soulevés dans l’évaluation résolus.

« Les problèmes soulevés dans l’évaluation » ?

Même si la pêche électrique n’a pas été certifiée cette fois-ci, la CVO a obtenu de très bonnes notes : deux principes sur trois ont été validés grâce à un score supérieur à la limite requise de 80% (principes 1 : état des stocks ; principe 3 : système de gestion). Pour le principe 2 (impacts de la pêche sur les habitats et écosystèmes), la CVO a obtenu 77%, ce qui la disqualifie. Un score bien haut pour une technique aussi barbare, radicale et aux impacts totalement inconnus !

Nous craignons donc que cette certification ne soit que partie remise. Dans son communiqué de presse annonçant l’échec de cette certification, le MSC fait en effet référence à un « projet de recherche comblant déjà les trous dans notre compréhension de cette technique de pêche » ; projet qui dispose d’un véritable site de promotion de la pêche électrique. Celui-ci annonce en effet « démontrer que la pêche électrique est une alternative durable » ! À noter que parmi les partenaires de ce projet mené par le Wageningen Marine Research (le nouveau nom de l’IMARES, l’institut néerlandais d’exploitation des ressources marines ; équivalent de l’IFREMER français) se trouvent le Ministère de l’économie néerlandais et … la CVO. Quand à force de collaboration avec les industriels, la science perd son âme… ou le Nord.

Les limites insondables du label MSC

Cette triste farce pose de nouveau la question suivante : le MSC se fixe t-il des limites ? Suite à notre dernier communiqué de presse au sujet de la certification de la pêcherie d’empereur en Nouvelle-Zélande, un cadre du MSC annonçait : « des personnes considèrent que certaines pêcheries ne seront jamais durables, quoi qu’elles entreprennent. Elles ont tort ». Ça annonce la couleur…

Référence

[1] www.lemarin.fr/sites/default/files/2015/04/03/page_focus_peche_electrique.pdf

Partager :