Partager

Citoyens européens : faites entendre votre voix sur les subventions à la pêche néfastes !

Partager :

Aujourd’hui, mardi 1er octobre 2019, les organisations environnementales BirdLife Europe, BLOOM, ClientEarth et Seas At Risk lancent une plateforme en ligne – iPoliticsEU – permettant aux citoyens européens de demander à des décideurs politiques clés l’élimination des subventions néfastes à la pêche dans l’Union européenne. Ce mouvement citoyen est d’autant plus important qu’un débat crucial sur le prochain Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) aura lieu le 2 octobre prochain au sein de la Commission de la pêche du Parlement européen.

Un retour en arrière dramatique

Les négociations en cours sur le futur FEAMP menacent d’anéantir 20 ans de progrès lents, mais positifs. Ce fonds déterminera l’allocation de plus de six milliards d’euros de fonds publics aux secteurs de la pêche et de l’aquaculture et à la protection du milieu marin pour la période 2021-2027. L’ancien Parlement européen et le Conseil (c’est-à-dire les ministres de la pêche de tous les États membres) ont décidé, il y a quelques mois, de réintroduire et de maintenir des subventions dommageables au niveau européen. Entre autres choses, les deux institutions veulent réintroduire des subventions pour la construction de nouveaux navires de pêche, bien que l’UE ait interdit ces subventions il y a 15 ans. Si le FEAMP était adopté sur cette base, cela entraînerait une surpêche spectaculaire dans les eaux communautaires et au-delà.

L’UE doit respecter ses engagements internationaux

De manière concomitante, l’adoption de ces positions entraverait également tous les efforts internationaux visant à interdire ces subventions néfastes au niveau mondial. Contrairement aux positions de l’ancien Parlement et du Conseil, les scientifiques et les économistes de la pêche demandent clairement que les subventions publiques de l’UE soient allouées de manière à ce que les Objectifs de développement durable (ODD) soient atteints, en particulier l’objectif 14.6 exigeant l’élimination d’ici 2020 des subventions à la pêche néfastes qui contribuent à la surcapacité et la surpêche. Ils recommandent d’allouer « une part généreuse du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche pour 2021-2027 […] à la protection de l’environnement, à la recherche, au contrôle et à la collecte de données ». Si les décideurs de l’UE ne tiennent pas compte de ces recommandations scientifiques, la réintroduction de subventions néfastes dans le cadre du FEAMP sapera la crédibilité internationale de l’UE et compromettra les négociations qui ont lieu actuellement à l’Organisation mondiale du commerce pour mettre en œuvre l’ODD 14.6.

Les citoyens peuvent faire pression pour un changement radical

Il est grand temps que les citoyens européens prennent position sur ce sujet critique et appellent les principaux décideurs de l’UE à interdire les subventions à la pêche néfastes. L’argent des citoyens européens ne doit pas servir à financer la destruction de l’océan et de nos économies côtières, et les citoyens doivent faire entendre leur voix. Grâce à la plate-forme en ligne iPoliticsEU, ils pourront envoyer des courriers électroniques et alerter les principaux décideurs européens sur les réseaux sociaux. Ceci est d’autant plus important qu’un débat crucial sur le prochain FEAMP aura lieu le 2 octobre au sein de la Commission de la pêche du Parlement européen. La préparation du budget européen pour l’après-2020 donne à l’UE l’occasion de jouer un rôle moteur en éliminant les subventions les plus néfastes et en réaffectant tous les fonds restants au renforcement du contrôle et de la surveillance ainsi qu’à la reconstruction d’écosystèmes marins plus sains. Il ne pourra y avoir de pêche réellement durable et un océan sain si l’UE maintient des incitations économiques à pêcher au-delà des limites écologiques.

> Lire notre communiqué en anglais.

> Lire notre communiqué en espagnol.

> Lire notre communiqué en italien.

Partager :