Partager

Déni de démocratie scandaleux dans la négociation européenne sur la pêche électrique

Partager :

Ce matin, jeudi 4 octobre 2018, les négociations sur le Règlement « Mesures Techniques », qui décideront du sort de la pêche électrique en Europe, reprenaient après une longue pause estivale. Les trois institutions (Commission, Conseil et Parlement) se réunissaient à huis clos au Parlement de Strasbourg en réunion de « Trilogue ». Un rapporteur « fictif » émanant de chacun des neuf groupes politiques du Parlement est assigné à la négociation pour s’assurer que la position du Parlement est bien respectée et défendue par le rapporteur du dossier, en l’occurrence l’Espagnol Gabriel Mato du parti conservateur PPE, historiquement proche des lobbies de la pêche industrielle.

Des négociations d’une opacité scandaleuse

Ce matin, Gabriel Mato a montré son parti pris en refusant catégoriquement que le groupe de la Gauche unitaire européenne (« GUE ») soit représenté par le député français de la France insoumise Younous Omarjee. Ce dernier, mandaté par son groupe, s’est présenté à la réunion de Trilogue mais a été éconduit par Gabriel Mato dans un déni de démocratie violemment dénoncé par Younous Omarjee dans une vidéo diffusée sur Twitter. La réunion s’est ainsi déroulée avec l’absence scandaleuse du groupe GUE alors qu’un compromis inacceptable sur la pêche électrique y est discuté.

La Présidence tournante du Conseil, actuellement assumée par l’Autriche, a laissé entendre sa volonté de conclure rapidement la réforme du Règlement Mesures Techniques, or le compromis politique proposé pour la pêche électrique est inacceptable en l’état. Le député français EELV Yannick Jadot a analysé le compromis et montré qu’il permettait, malgré des formules cosmétiques destinées à embrouiller un lecteur non expert, de poursuivre la pêche électrique et même de l’étendre à l’avenir sur proposition de la Commission européenne.

> Lire l’analyse de l’eurodéputé Yannick Jadot

Un mandat du Parlement non respecté

Le président de la Commission de la pêche du Parlement européen, le Français Alain Cadec du groupe PPE (Les Républicains) a affirmé sur Twitter que le rapporteur (Gabriel Mato) avait « un mandat clair du Parlement pour une interdiction totale de la pêche électrique« . Il a ajouté « nous serons très vigilants et s’il le faut la plénière confirmera la première lecture » en faisant référence au fait qu’un compromis politique devra nécessairement repasser devant le Parlement pour approbation. Or apparemment, Gabriel Mato ne semble pas déterminé à défendre la position du Parlement telle que décidée en janvier 2018.

La Présidente de BLOOM a conclu en disant « si l’Europe n’a rien de mieux à nous offrir que le spectacle de processus opaques et non démocratiques, il ne faudra pas s’étonner du démantèlement de ce que nous avons de plus précieux : un espace européen de démocratie et de liberté. Ce ne sont pas que les pêcheurs artisans de France, d’Angleterre ou de Belgique et Allemagne qui sont concernés, ce sont tous les citoyens européens« .

Partager :