Partager

Consultation publique : non au chalutage dans la bande côtière des 1,5-3 milles

Partager :

Les arts traînants tels que le chalut sont interdits dans la bande des trois milles. Il existe cependant de nombreuses dérogations. La DIRM-MEMN (direction inter-régionale de la mer – Manche est – Mer du Nord) a lancé une consultation publique sur trois projets d’arrêtés préfectoraux visant à autoriser par dérogation, en région Normandie – Manche Est, le chalutage dans la bande côtière des 1,5-3 milles pour le maquereau, la seiche, la sole et la plie .

> Pour y participer, écrivez avant le 5 février 2020 à : consultation-peche.dirm-memn@developpement-durable.gouv.fr

Les bandes côtières sont des zones particulièrement fragiles et sensibles. De nombreuses espèces viennent s’y reproduire. Ainsi, un grand nombre de  juvéniles s’y concentre. Il est essentiel de préserver ces nourriceries pour le bon fonctionnement des écosystèmes. Or, le chalutage impacte fortement le fond, détruit les herbiers et laisse des sédiments en suspension.

Il existe des alternatives au chalutage, beaucoup moins impactantes pour les écosystèmes et aussi moins gourmandes en énergie fossile. Les espèces visées par l’arrêté sont ainsi ciblées dans la bande côtière des trois milles par des engins de pêche passifs tels que le casier, la ligne et le filet. Le chalutage viendrait donc en compétition directe avec les petits pêcheurs côtiers qui ont fait le choix d’une pêche aux arts dormants, plus sélective et plus durable que le chalut. N’hésitez donc pas à envoyer un email à destination du service en charge de cette consultation afin de contribuer à préserver la bande côtière en région Normandie – Manche Est des impacts du chalut.

Partager :