Partager

Conférence environnementale 2013 : ambition zéro pour les océans profonds

Partager :

Pris à parti par plusieurs ONG et députés européens, le Ministre délégué à la pêche Frédéric Cuvillier s’est défilé sur le dossier « pêche profonde » dont la France bloque actuellement l’avancée au Conseil des ministres de l’UE.

Denis Ody, directeur du programme marin du WWF et Claire Nouvian, invitée par les Amis de la Terre à les représenter à la Table Ronde « Biodiversité marine », ont rappelé que les pêches profondes étaient coûteuses d’un point de vue écologique (100 espèces sacrifiées pour 3 espèces commercialisées + destruction des habitats marins les plus anciens et les plus vulnérables des océans) que d’un point de vue économique : subventionnées, elles échouent malgré tout à être rentables.

Monsieur Cuvillier a botté en touche en parlant vaguement de besoin de « sanctuariser » des zones et d’avoir plus « d’expertise ». Les chercheurs réunis à Paris le 16 septembre pour plaider l’interdiction du chalutage profond ont pourtant insisté sur le fait que les données scientifiques ne seraient jamais réunies pour les océans profonds pour permettre une exploitation durable. Pascal Durand, secrétaire national d’EELV a quant à lui appelé les politiques à cesser « le chantage à l’emploi » et à avoir le courage d’arbitrer pour que les sommes publiques mises dans des activités destructrices soient refléchées vers des activités durables.

« L’attitude du Ministre aujourd’hui et son blocage sur le dossier pêche profonde montre que la France est un pilote sans avion en matière environnementale. D’un côté, de belles paroles sur la protection de la biodiversité marine en haute mer, de l’autre, des actes qui la mettent en péril en Europe » a commenté Claire Nouvian. « Le discrédit des politiques ne fait qu’augmenter, on pensait avoir touché le fond pourtant ».

La France est le principal frein au Conseil des ministres de l’Union européenne sur le dossier pêche profonde. Plus d’un an après la sortie de la proposition de règlement par la Commission européenne et la proposition notamment d’interdire le chalutage profond, le dossier n’a pas été une seule fois abordé au Conseil. Plus de 300 chercheurs ont signé une déclaration de soutien à cette proposition et près de 18 000 personnes une pétition demandant à M. Hollande de protéger les océans profonds.

 

Retombées média :

26 septembre 2013 | Les Echos  Les Echos Conférence Environnementale

23 septembre 2013 | NOVETHIC Pêche profonde : le gouvernement change de cap

Partager :