Partager

Les grands chefs s’engagent contre la pêche électrique !

Partager :

Communiqué de presse – BLOOM se bat pour des activités de pêche durable les moins impactantes possibles sur terre et collabore étroitement avec des chefs de cuisine engagés dans une démarche de qualité et de responsabilité environnementale.

C’est ainsi que le chef Christopher Coutanceau de la Maison Coutanceau** à la Rochelle, porté par son amour des beaux et bons produits et fort de son appartenance à de vastes réseaux de chefs étoilés et bistronomiques, a rédigé le Manifeste des Chefs, présenté hier à la conférence de presse de BLOOM au Parlement Européen.

L’association Relais & Châteaux apporte également son soutien à la campagne de BLOOM en incitant ses chefs européens à signer le Manifeste des Chefs de cuisine lancé par BLOOM.

Olivier Roellinger, Vice-Président Relais & Châteaux : « Les cuisiniers des Relais & Châteaux s’engagent pour la sauvegarde du plus grand garde-manger de l’humanité : la mer. » Les chefs sont des prescripteurs essentiels dans la lutte pour la préservation des ressources halieutiques et progressent au quotidien en privilégiant notamment des techniques de pêches respectueuses de l’environnement.

Lire le communiqué de presse de Relais & Châteaux ici.

Plus de 210 Chefs Français et européens ont déjà rejoint le mouvement, dont les prestigieux Olivier Roellinger, Hélène Darroze, Yannick Alléno, Gérald Passédat, Anne-Sophie Pic, Jean- Michel Lorain, Laurent Petit, Eric Guérin, Aranaud Lallement, Edouard Loubet, César Troigros, Christophe Hay, Michel Rostang, François Pasteau, Thomas Buhner et Heinz Wikler en Allemagne, Raymond Blanc au Royaume Uni, Quique Dacosta et Elene Arzak en Espagne ou encore Antonio Cannavacciuolo et Alfonso & Ernesto Iaccarino en Italie…

Manifeste des Chefs :

« Nous, les soussignés, sommes des Chefs de cuisine proches de la nature, de l’artisanat responsable et des beaux et bons produits. En tant que tels, nous sommes scandalisés par la pratique de la pêche électrique en Europe. L’usage du courant électrique dans le milieu sauvage est impensable tant il génère un carnage écologique. Les chalutiers électriques produisent des captures d’une qualité déplorable, stressées et souvent marquées d’hématomes consécutifs à l’électrocution. Les poissons sont de si mauvaise qualité qu’on ne peut rien en faire. De plus, la pêche électrique est non sélective et menace de mettre en péril tout organisme vivant au fond de l’océan.

Nous refusons de travailler des produits issus d’une méthode de pêche condamnant notre avenir et celui de l’océan. Avec les pêcheurs artisans et récréatifs, ce sont des dizaines de métiers qui vont disparaître ainsi que notre culture, notre patrimoine.

En attendant et dans l’espoir que la pêche électrique soit interdite en Europe, comme ailleurs dans le monde, nous nous engageons formellement à n’acheter aucun produit de la mer issu de cette méthode de pêche. »

Accéder à la liste des chefs mobilisés ici.

 

 

Partager :