Thons

Partager

Un atlas exhaustif des pêcheries thonières dans le monde

Partager :

Dans une nouvelle étude qui vient de paraître dans la revue internationale Fisheries Research et à laquelle BLOOM a contribué,1 une équipe de chercheurs a produit pour la première fois un atlas exhaustif des pêcheries thonières dans le monde.

L’absence de données publiques complètes malgré l’importance de ces pêcheries

Expansion des captures mondiales de thons et autres espèces de grands pélagiques au cours du temps

Malgré l’importante demande mondiale de consommation de thons et l’intérêt considérable de la société civile pour leur protection, il n’existait – jusqu’à la publication de cette étude – aucun jeu de données intégrant l’étendue spatiale de toutes les captures d’espèces de « grands pélagiques » (c’est-à-dire les thons, mais aussi de nombreuses espèces de requins, les poissons porte-épée comme les espadons et les marlins etc.) dans tous les bassins océaniques. Les précédents efforts visant à quantifier et à spatialiser les captures historiques de ces espèces étaient limités aux quelques espèces présentant un intérêt économique majeur, créant ainsi une vision tronquée de l’étendue réelle des pêcheries de thon et d’autres grands poissons pélagiques.

Dans le cadre de cette étude, nous avons compilé et harmonisé l’ensemble des données publiques concernant les captures de toutes les espèces capturées par les flottes thonières au niveau mondial et avons également estimé les rejets de poissons morts causés par ces activités. Nous avons spatialisé ces données afin de créer un ensemble de données complet, accessible au public, présentant les captures débarquées déclarées historiques ainsi que les rejets préliminaires de ces espèces pour la période 1950-2016.

Résultats principaux

Les pêcheries thonières industrielles se sont développées et ont atteint une emprise globale au cours des six dernières décennies, comme l’illustre clairement la figure jointe à ce commentaire. Au cours des années 1950, les captures étaient en grande partie concentrées au large des côtes de l’Amérique du Nord et centrale, dans l’est de l’océan Pacifique et autour des îles du Pacifique occidental. L’effort de pêche, et donc les captures, étaient alors relativement faibles dans les océans Atlantique et Indien. Trois décennies plus tard, dans les années 1980, les pêcheries thonières étaient présentes dans les régions équatoriales du monde entier et dans les régions tempérées de la plupart des régions océaniques. Ces dernières années, les captures de thon et d’autres espèces de grands pélagiques ont été omniprésentes dans toutes les régions tropicales et subtropicales du monde, les captures les plus importantes étant capturées dans les zones tropicales. Les captures au niveau mondial sont passées d’environ 450 000 t en 1950 à environ 5,6 millions de t en 2016. Sur l’ensemble de la période étudiée, les captures ont été dominées par les pêcheries de thon de l’océan Pacifique, qui représentent environ 67% du total des captures mondiales sur l’ensemble de la période et environ 74% en 2016.

D’un point de vue des espèces, les captures de listao (ou bonite, c’est-à-dire l’espèce principalement utilisée dans les boîtes de thons ; Katsuwonus pelamis) dominent largement, avec en moyenne 34% des captures totales mondiales sur la période 1950-2016.

Importance de cette étude

Nos résultats suggèrent que les efforts actuels de communication de l’information sont insuffisants pour documenter de manière complète et transparente l’étendue historique globale des pêcheries de thon et autres grands poissons pélagiques. Une harmonisation plus poussée de nos résultats intégrant les données des pêcheries thonières artisanales pourrait contribuer à donner une image plus complète des pêcheries mondiales de thon et de grands pélagiques.

Reconstituer les populations mondiales de thons est essentiel pour la préservation de ces pêcheries de grande valeur. En effet, elles sont particulièrement importantes pour de nombreux États insulaires en développement et de petite taille, ainsi que pour de nombreux autres pays en développement dans les régions tropicales et subtropicales. La transparence et la qualité des données sont des éléments essentiels à une gestion efficace et équitable, en particulier dans le contexte de la mise en œuvre des Objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD 14.7 en particulier), et plus largement pour assurer une répartition plus équitable des bénéfices de ces espèces hautement migratrices et fortement valorisées.

Notes et références

1 Coulter et al. (2019) Using harmonized historical catch data to infer the expansion of global tuna fisheries, Fisheries Research.

Partager :