Partager

Lobbies industriels contre Biodiversité à l’Assemblée : 24h pour agir

Partager :

Les lobbies industriels sont de retour en force à l’Assemblée, aidez-nous à mobiliser les députés pour interdire le chalutage profond !

URGENCE : La Loi Biodiversité est en train d’être votée à l’Assemblée nationale et l’article 56 propose d’interdire le chalutage profond, cette méthode de pêche industrielle dénoncée par BLOOM depuis longtemps, qui consiste à lester des filets géants et à les envoyer racler les fonds marins à des centaines de mètres de profondeur pour capturer des poissons souvent déjà menacés d’extinction. Les filets de pêche détruisent systématiquement les coraux multimillénaires, éponges et poissons centenaires qu’ils rencontrent, tout est broyé, déchiqueté, sacrifié. C’est un massacre de biodiversité que personne ne tolèrerait s’il avait lieu sur terre !

Cela fait des années que l’Europe parle d’interdire cette aberration mais le dossier est embourbé dans les affres de la politique à Bruxelles. Aujourd’hui au moins, la France a la possibilité concrète de faire le bon et le seul choix : celui de la pêche durable.

Le chalutage profond ne sera jamais une méthode de pêche durable, les citoyens n’en veulent pas !

Rien ne peut justifier ces pratiques de pêche destructrices, mais les lobbies industriels n’ont pas froid aux yeux, ils ressortent de leur chapeau des arguments faux qu’ils assènent avec un sang-froid déconcertant, et sur la base de mensonges éhontés, ils arrivent à convaincre des députés de s’opposer à une mesure historique pour protéger notre bien commun à tous : l’océan.

Nous disposons de quelques heures pour interpeller les députés et leur demander de s’opposer fermement à la destruction des océans ! L’interdiction du chalutage profond sera votée jeudi 17 ou vendredi 18 mars, il est encore possible que nos élus nous entendent et décident de représenter la volonté citoyenne plutôt que quelques obscurs lobbies coupables d’une désinformation grave de conséquences auprès des représentants du peuple !

Même la flotte d’Intemarché a accepté d’arrêter de chaluter au-delà de 800 mètres, les lobbies industriels n’ont plus aucune raison de s’opposer à cette interdiction. Ils refusent simplement toute forme de progrès de notre société vers un schéma plus durable. Ce sont des « voyageurs de la banquette arrière » comme disait Claudel à propos des individus qui ne regardent la vie que par la lucarne arrière et sont incapables de regarder la route qui s’ouvre devant eux. Ce n’est pas à eux de décider du sort de notre patrimoine commun !

Mail à envoyer aux présidents des groupes Socialiste et Les Républicains :

Christian Jacob – Président Les Républicains : cjacob _at_ assemblee-nationale.fr

Bruno Le Roux – Président Groupe Socialiste : bleroux _at_ assemblee-nationale.fr

(Les mails sont indiqués sans le @ de façon à éviter aux députés d’être victimes des logiciels de spam, merci de corriger l’adresse manuellement). Merci de mettre BLOOM en copie : contact {a} bloomassociation.org

Monsieur le Député,

Vous êtes appelé à vous prononcer sur l’article 56 qui vise à interdire le chalutage en eaux profondes dans le cadre du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité actuellement voté à l’Assemblée.

Je vous demande, en tant que citoyen(ne) concerné(e) par la destruction inexorable, inutile et parfaitement évitable des écosystèmes naturels, de voter en faveur de l’interdiction de cette méthode de pêche dont la nocivité n’est plus à prouver.

Près de 900 000 citoyens et plus de 300 chercheurs internationaux réclament une interdiction du chalutage profond. Il est temps de renouer la confiance publique et de nous montrer que les élus représentent réellement le peuple et non quelques lobbies industriels opaques qui assènent menaces et arguments, sans fondements ni justification.

La flotte de pêche du groupe Intermarché a elle-même tenu compte dès 2014 de la demande citoyenne et a cessé depuis de chaluter au-delà de 800 mètres de profondeur. Aujourd’hui, les opposants de l’interdiction n’ont plus aucune raison de combattre cette mesure nécessaire pour engager la France sur la voie de la pêche durable. Le règlement européen visant à mieux encadrer la pêche profonde est enlisé à Bruxelles et après plus de quatre années de négociation, n’a toujours pas été adopté. Cessons de nous abriter derrière le processus européen pour éviter d’agir en France.

La question du chalutage profond dépasse désormais largement la seule sphère des politiques publiques environnementales. Elle est devenue l’une des jauges sensibles de la prise en compte des demandes citoyennes par les élus.

Je vous remercie par avance de faire le seul bon choix possible, celui qui engagera la France sur la voie de pratiques de pêche durables : merci de soutenir l’article 56 et d’acter ainsi l’interdiction du chalutage profond.

Très respectueusement,

Votre signature

***

Pour information :

Voir le communiqué de presse du Comité régional des pêches de Bretagne ici.

Voir le communiqué de presse de la région Bretagne ici.

Partager :