Partager

Des eaux plus chaudes : des poissons plus petits

Partager :

La taille des poissons devrait réduire de 20 à 30% sous l’effet du réchauffement de l’océan. En cause, un besoin non satisfait en oxygène. C’est le triste constat d’une nouvelle étude parue dans une revue scientifique internationale.[1]

Une eau plus chaude implique un besoin plus grand en oxygène

Diagramme taille poissons

Une eau plus chaude rendra les poissons plus petits

Avec le réchauffement des eaux, le métabolisme des organismes marins va s’accélérer et ils auront ainsi besoin de plus d’oxygène pour satisfaire leurs besoins physiologiques. Malheureusement, dans le cas des poissons, leurs branchies ont une taille finie et ne pourront pas capter suffisamment d’oxygène pour une croissance optimale. En conséquence, les poissons seront plus petits.[2]

Une eau plus chaude est moins oxygénée

Phénomène aggravant, la solubilité de l’oxygène diminue avec l’augmentation de la température de l’eau. L’oxygène sera donc moins présent dans les futures eaux plus chaudes, ce qui impliquera une diminution encore plus importante de la taille des poissons.

Un effet qui va toucher les plus actifs

Les espèces les plus affectées par ce nanisme seront les poissons les plus actifs, car ces derniers nécessitent plus d’oxygène et d’énergie. Les espèces comme les thons et les requins devraient donc être particulièrement concernés par cette réduction de taille.

Références et notes

[1] Pauly and Cheung (2017) Sound physiological knowledge and principles in modeling shrinking of fishes under climate change. Global Change Biology.

[2] La diminution de la taille des poissons est malheureusement déjà l’un des effets visibles de la surpêche : tout d’abord, les pêcheurs ciblent préférentiellement les individus les plus gros (plus faciles à attraper), ne laissant que les plus petits. Ces derniers sont ensuite contraints par la sélection naturelle à devenir matures plus jeunes, et restent donc plus petits.

Partager :