Partager

Pêche à la palangre : des centaines d’oiseaux marins capturés de manière accidentelle en méditerranée

Partager :

Les captures accidentelles d’oiseaux marins par les palangres pourraient grimper en flèche, du moins à court terme, avec l’interdiction fixée par l’Union européenne de rejeter les captures accessoires en mer dont se nourrissent les oiseaux. C’est ce que conclut une nouvelle étude analysant les interactions entre le puffin cendré (Calonectris diomedea) et les palangres en Catalogne et aux Baléares.

Des milliers d’oiseaux meurent tous les jours à cause des palangres

Puffin cendré (Calonectris diomedea)

La palangre est un engin de pêche constitué d’une ligne principale (« mère ») équipée de dizaines voire centaines de lignes secondaires (« avançons ») auxquelles sont attachés des centaines d’hameçons appâtés (voir l’infographie de BLOOM sur les engins de pêche). Lorsque ces palangres sont équipées de bouées et dérivent en surface, elles peuvent engendrer de très nombreuses captures d’animaux non ciblés comme les oiseaux, souvent attirés par les poissons facilement disponibles lors du relevage de la ligne, ou par les appâts eux-mêmes lors de son installation.

L’interdiction de rejeter les prises accessoires aggrave le problème

« Notre étude montre qu’en l’absence de chalutiers – [les bateaux] qui produisent le plus de rejets – les oiseaux marins optent pour les appâts disposés le long des palangres, donc le risque se prendre aux hameçons est grand » indiquent les auteurs de l’étude. En effet, les pêcheurs rejettent le plus souvent les poissons non commercialisables à la mer et de nombreux oiseaux marins festoient sur ces repas gratuits. Or, cette pratique est désormais interdite par l’Union européenne (Voir la législation européenne sur l’interdiction des rejets de pêche) et les oiseaux risquent donc de se rabattre sur les palangres. « Dès que l’UE fixera une règlementation obligatoire, les pêcheurs ne rejetteront plus les prises accessoires à la mer et la mortalité due aux palangres grimpera en flèche ».

La solution : améliorer les pratiques de pêche avant d’interdire les rejets

Cette recrudescence de la mortalité des oiseaux marins, hameçonnés par les palangres, est l’une des conséquences néfastes de la nouvelle interdiction des rejets au niveau européen. Il est vrai que rejeter du poisson mort à la mer représente un gaspillage absurde, mais il aurait été plus judicieux d’améliorer les pratiques de pêche pour faciliter une transition vers des engins plus vertueux et plus sélectifs avant d’interdire les rejets.

 

Sources :

http://phys.org/news/2016-11-discards-mortality-endangered-marine-birds.html

L’article scientifique d’origine

 

Partager :