Partager

Plus de transparence pour la pêche européenne

Partager :

Dans une lettre ouverte datée du 23 janvier 2017, BLOOM se joignait aux représentants de 52 autres organisations internationales pour demander aux élus européens de soutenir la proposition de la Commission PECH lors du vote du Parlement le 2 février dernier. En jeu : plus de transparence  concernant les données des flottes de pêche européennes.

Un texte adopté haut la main

C’est désormais chose faite ! Adopté par 586 voix (56 contre et 6 abstentions), le texte prévoit notamment de créer un registre électronique permettant l’identification des navires européens autorisés à pêcher ainsi que le nom et l’emplacement du propriétaire de l’entreprise de pêche et de son bénéficiaire effectif. La création d’un tel outil permettra d’accroître la transparence du secteur, en fournissant des informations-clefs.

Protection de la souveraineté des eaux africaines

Cette mesure est particulièrement intéressante en ce qui concerne les bateaux pêchant dans les eaux de pays tiers au travers d’accords établis par la Commission européenne. Ce texte prévoit également que les opérateurs sanctionnés pour des infractions graves au cours des 12 derniers mois ne seront pas autorisés à pêcher à l’étranger. Ceci pourrait dissuader certains armements de contribuer au pillage des eaux africaines par de trop nombreux bateaux étrangers.

Le Conseil européen confirmera t-il cette avancée majeure ?

Le vote du Parlement est un premier pas vers l’adoption de la nouvelle réglementation, mais le mois prochain, le Parlement, la Commission européenne et le Conseil européen devront se mettre d’accord sur une version finale. Un document obtenu par le quotidien britannique the Guardian, suggère cependant que le Conseil européen va probablement résister à certaines des mesures centrales du projet de loi, ce qui pourrait retarder la législation pendant des mois ou bien la diluer totalement… En effet, le vote du Parlement n’a pas été bien accueilli par l’industrie de la pêche, qui considère que la nouvelle réglementation est une véritable punition pour les pêcheurs européens.

Pourquoi plus de transparence est-il crucial ?

La transparence est un facteur déterminant pour orienter les pêcheries mondiales vers la durabilité, c’est-à-dire vers des activités qui soient respectueuses des ressources et qui préservent les emplois. Les flottes européennes qui bénéficient des aides communautaires et des accords conclus avec des pays tiers, notamment africains, doivent rendre compte publiquement de leurs activités.

Ce vote marque une étape significative dans la conduite de la politique européenne de la pêche et envoie un signal encourageant sur les nouvelles orientations de cette dernière.

Partager :