Partager

La liste à jour des guides du poisson durable

Partager :

BLOOM présente ci-dessous une liste des guides du poisson durable proposés par différentes organisations. Ces guides, plus ou moins détaillés, français ou internationaux, constituent un effort considérable vers une conscientisation des consommateurs sur la situation des ressources halieutiques.

Toutefois, les mises à jour des espèces à consommer/éviter ne sont pas toujours très récentes, les guides ne sont pas dénués de contradictions entre eux ou de difficultés d’utilisation pour le consommateur. C’est pour cette raison que BLOOM ne recommande pas un guide en particulier, mais la lecture croisée de plusieurs guides.

Pour des informations plus détaillées sur les dernières recommandations scientifiques, vous pouvez aussi lire le compte-rendu de l’audition sur la pêche au Sénat du 6 février 2014, notamment l’intervention de Didier Gascuel (p. 22-29), qui décrit la reconstitution spectaculaire des stocks de merlu de la Mer du Nord, une espèce que l’on peut ainsi consommer.

Liste des guides disponibles

– La liste des espèces à consommer et à éviter par la Fondation GoodPlanet, avec une application mobile, sortie au printemps 2014.

 

– La liste des espèces recommandées, région par région, de Mr Goodfish, mise à jour au printemps 2014

 

– La liste des espèces en fonction de la durabilité, des oméga 3 et des métaux lourds, par National Geographic, mise à jour en 2014.

 

– Le guide du Safina Center (États-Unis), mis à jour régulièrement.

 

– Le guide de la Environmental Defense Fund (États-Unis), mis à jour régulièrement.

 

– Le guide du WWF Belgique de 2013.

 

– Le guide de Seafood Choices Alliance, plus général, avec aussi les espèces à éviter, mis à jour en 2011.

 

– Le guide de Greenpeace, mis à jour en 2009.

 

– Le moteur de recherche Incofish, un agrégateur de guides de consommation de poisson, international et en anglais.

 

– La comparaison des guides, espèce par espèce, avec un focus sur les espèces profondes, réalisée par BLOOM en 2011.

Partager :