Partager

EN FRANCE

Partager :

Pêche profonde : Qui sont les acteurs ? 

En 2009, FranceAgriMer indiquait que les espèces d’eau profonde représentaient plus de 10 % du chiffre d’affaires pour 23 bateaux, et pour 11 d’entre eux, ces espèces représentaient la majorité du chiffre d’affaires. La même note indiquait que seulement 22 bateaux débarquaient plus de dix tonnes d’espèces profondes par an et cinq bateaux en débarquaient plus de 500 tonnes.

La France connaît donc une situation particulière avec un nombre d’acteurs sur la pêche de grands fonds très restreint, principalement trois armements industriels : Scapêche (flotte d’Intermarché), Euronor et Dhellemmes.

Scapeche (Intermarché) / Lorient

La flotte d’Intermarché comprend un armement basé à l’Ile de la Réunion, la Comata (Compagnie maritime des Terres australes), et un autre basé à Lorient, la Scapêche (Société Centrale des Armements Mousquetaires à la Pêche).

En 2008, d’après les comptes déposés de la société, la Scapêche employait 133 personnes (dont environ 80% de navigants).

En 2010, elle possédait une flotte de 16 navires dont 14 chalutiers, un caseyeur et un bolincheur. Dans la nuit du 31 janvier 2011, l’un des fleurons de sa flotte, le navire flambant neuf « Jack Abry II » s’est échoué en Ecosse, réduisant la flotte actuelle à 15 navires. Néanmoins, le sardinier bolincheur « Mirentxu » a rejoint la flotte Scapêche en avril 2011, portant le chiffre de nouveau à 16 navires. L’armement Comata du groupe Intermarché, basé à l’Ile de la Réunion, possède en outre un palangrier ciblant la légine (30 marins). Les flottes Scapêche et Comata réunies possèdent donc un total de 17 navires actifs au 1er mai 2011.

Euronor / Boulogne-sur-Mer

La flotte de pêche industrielle Euronor (le Comptoir des Pêches d’Europe du Nord) est née en janvier 2006 du rapprochement de deux armements de Boulogne-sur-Mer, la Société Boulonnaise d’Armement Le Garrec, créée en 1920, et Nord Pêcheries, créé en 1945 et dissoute dans Euronor. Euronor emploie 215 salariés (40 à terre pour 175 navigants).

Les espèces de grands fonds ont été « découvertes » il y a 25 ans, principalement par les Boulonnais.

De 1986 à nos jours, une vingtaine de chalutiers hauturiers appartenant à ces deux armateurs ont opéré au départ de Boulogne. A partir de 1989, huit d’entre eux ciblaient en partie des espèces profondes, dont cinq spécialistes. L’armement a subi la diminution de la ressource et les baisses de quotas régulières qui augurent potentiellement d’une fermeture à terme des pêcheries profondes. Le contexte a ainsi forcé Euronor à redéployer ses activités de pêche, notamment en retournant à leur métier traditionnel du lieu noir. Avec 16 000 tonnes de captures de lieu noir par an, Euronor représente 90% du quota alloué à la France pour cette espèce.

En 2009, Euronor comprenait sept chalutiers, dont deux chalutiers de fond spécialisés en pêches profondes : le Cap Saint-Georges et le André Leduc, respectivement construits en 2003 et 2004.

En 2009, Euronor indiquait que l’armement avait une production annuelle de 15 000 tonnes de poissons en moyenne dont 23% d’espèces profondes. Les espèces profondes représentaient alors entre 2600 et 3500 tonnes dans les captures de l’armement, selon les années, soit au minimum deux fois moins que les captures profondes de la Scapêche.

En décembre 2010, Euronor a été racheté à 100% par UK Fisheries Limited, qui appartient, à parts égales, à l’armement néerlandais Parlevliet & Van der Plas et à l’islandais Samherji HF.

Depuis 2011, Euronor ne dédie plus qu’un seul navire à la pêche de grands fonds (le Cap Saint-Georges) six mois par an (au printemps). Au printemps 2012, les captures d’espèces profondes de l’armement s’étaient ainsi drastiquement réduites : 227 tonnes de lingue bleue étaient vendues à la criée de Boulogne et 164 tonnes de sabre noir, pour un chiffre d’affaires de 0,9 million d’euros. (Source Le Marin du 2 août 2012).

Les Boulonnais et la pêche de grands fonds

Au début des années 1970, les Boulonnais ciblaient essentiellement des espèces pélagiques (harengs et maquereaux) et attrapaient du lieu noir de façon saisonnière (printemps). Les bateaux profitèrent de leurs nouveaux treuils pour explorer les profondeurs situées à 800/900 m. C’est à cette époque que commença « l’époque » de la lingue bleue (les premiers débarquements français datent de 1976). A ce moment-là, les autres espèces attrapées (sébastes, lottes, grenadiers, requins etc.) n’étaient pas valorisées et étaient donc rejetées en quantités phénoménales.

La deuxième époque des grands fonds commence en 1985 avec des zones travaillées situées au-delà de 800 à 1000 m. Les espèces ciblées cette fois sont celles qui étaient autrefois rejetées (grenadier, sabre, siki…). Entre la première et la deuxième époque des grands fonds, un mareyeur boulonnais trouve le moyen de valoriser ces espèces par le biais d’une stratégie de markéting simple : les poissons sont offerts par les producteurs aux mareyeurs puis aux poissonniers à condition que ceux-ci les offrent à leur tour aux clients. Les Français réservent un accueil favorable et rapide à ces espèces étranges, filetées et renommées pour l’occasion, selon un champ lexical militaire (« empereur », « sabre », « grenadier »…).

Dhellemmes / Concarneau

L’armement Dhellemmes, installé depuis 1948 à Concarneau, emploie 95 personnes dont 80 navigants et comprend à l’heure actuelle onze navires dont huit en propriété pleine et trois (des bolincheurs) en copropriété. Les navires de 17 à 34 mètres (âge moyen de 23 ans)  travaillent du golfe de Gascogne au Nord de l’Écosse. Parmi ces derniers, trois participent à des degrés divers aux débarquements d’espèces de grands fonds (âge moyen de 15 ans). L’armement Dhellemmes appartient au groupe hollandais Jaczon BV.

La croissance des activités de pêche profonde à Concarneau a été fulgurante : la flotte mixte y est passée de cinq unités en 1990 à 23 deux ans plus tard. Quasiment aucune d’entre elles n’était spécialisée jusqu’en 1995. En 1997, la flotte concarnoise se composait de 26 unités dont six spécialisées sur « le creux » (le profond). Ensuite de nombreux armements ont fusionné et la flotte s’est réduite petit à petit. Actuellement, Dhellemmes est le seul armement industriel encore basé à Concarneau. La flotte de l’armement a dû compter jusqu`à 20 unités de chalutiers hauturiers. En 2002, ils possédaient 12 à 13 navires sur les grands fonds contre trois en 2010

  • En 2002 : 12 à 13 navires sur les grands fonds.
  • En 2009 : cinq permis de pêche spéciaux pour les espèces profondes.
  • En 2010 : trois permis de pêche spéciaux pour le Corail, le Roselend et le Saint Gothard. Les trois chalutiers (Corail, Roselend et Saint Gothard) travaillent dans le Nord de l’Ecosse et débarquent à Concarneau.

La puissance développée sur les grands fonds est de 494 Kw (le coefficient alloué pour le calcul de puissance correspond à la proportion des captures d’espèces profondes effectuées, soit 25% pour chacun des trois navires). Cela représente 8,1% de la puissance totale de l’armement et reflète l’évolution vers d’autres techniques de pêche telle que la senne danoise ainsi que le repli sur d’autres espèces. Dhellemmes a entamé une politique de diversification en 2003, en convertissant quatre chalutiers en senne danoise (Tourmalet, Larche, Galibier, Aravis).

Estimation des emplois liés à la pêche profonde en France

Lire l’analyse de BLOOM 2013 : EMPLOIS_PECHE_PROFONDE.pdf

Références

  • Le Marin du 25 juin 2010 « Une flotte redimensionnée ».
  • Le Marin du vendredi 12 mars 2010 « Grands Fonds – Les pêcheurs inquiets ».
  • La Voix du Nord du 12 octobre 2008 « La fin annoncée des espèces de grand fond pousse Euronor à se restructurer ».
  • La Voix du Nord 17 sept. 2002 : « Un nouveau chalutier industriel Nord Pêcheries en 2002 sans doute un second en 2003… »
  • Article Le Marin du 10 novembre 2006 par Philippe Urvois publié le jeudi 28 décembre 2006  pdf le marin 10 Novembre 2006
  • Le Marin du 19 mars 2010 « Le lieu noir d’Euronor labellisé ».
  • Note 2009 FranceAgriMer « Espèces de grands fonds » transmise aux membres de la mission française d’évaluation des pêches profondes (2009/2010).

Partager :