Partager

Des drônes pour surveiller des requins ?

Partager :

Alors que la France poursuit son œuvre d’extermination des requins à La Réunion, l’Australie a pour projet d’utiliser des drones afin de surveiller les requins qui s’approcheraient trop près des côtes et ainsi améliorer la sécurité des usagers de la mer.

Il y un an, le gouvernement australien avait été obligé de stopper sa politique anti-requins. L’utilisation de drumlines (longues lignes de pêche appâtées et reliées à des bouées) faisait des ravages et piégeait de nombreuses espèces de requins, parfois totalement inoffensives pour l’homme. Cette politique avait été mise en place sans que son efficacité ne soit scientifiquement prouvée et la pression publique avait mis un terme à cette pratique nocive pour l’environnement.

Ceci n’est pas sans rappeler le cas de la France, qui face à l’émoi suscité par quelques accidents récents, soutient toujours à grands coups de subventions l’utilisation de ces drumlines pour soi-disant protéger la côte réunionnaise. De nombreuses photos et vidéos présentes sur internet montrent l’acharnement et la haine dont sont victimes les requins capturés. Il y a quelques jours, un requin blanc d’environ 4m, espèce pourtant protégée par l’annexe II de la convention CITES en a fait les frais.

Alors que la pêche au large (qui pousserait les requins à se rapprocher des côtes) et la Réserve naturelle marine sont pointées du doigt, les effets de la qualité de l’eau (fermes d’aquacultures et écoulement d’eaux troubles), de l’attractivité des drumlines et de l’industrialisation croissante du tourisme insulaire ne sont eux que peu relayés.

En Afrique du Sud, des Shark Spotters armés de paires de jumelles sont postés en hauteur et épient la mer à la recherche du moindre requin. Si l’un d’eux pointe son aileron, l’ordre est immédiatement donné de sortir de l’eau le temps que celui-ci s’éloigne. D’autres règles de sécurité existent : ne pas se mettre à l’eau à l’aube ou au crépuscule et éviter les zones/périodes où l’eau est trouble.

N’oublions pas que les requins sont chez eux et que c’est à nous de nous adapter à leur présence. Les exterminer rendra certes nos baignades plus sûres, mais leur disparition ne restera pas sans effet sur les écosystèmes marins et tout ceux qui en dépendent.

Partager :