Partager

Claire Nouvian récompensée par L’ORDRE DU MÉRITE POUR SON ENGAGEMENT CONTRE LA PÊCHE DESTRUCTRICE

Partager :

Tandis que la France est engagée dans le pilonnage du règlement européen proposant l’interdiction de la méthode de pêche décrite par les chercheurs comme « la plus destructrice de l’histoire » (le chalutage profond) et qu’Intermarché, propriétaire de la première flotte profonde de France, matraque les Français à coups de publicités pour leur masquer la destructivité de sa flotte de pêche, Claire Nouvian, fondatrice de l’Association BLOOM et égérie de la préservation des océans profonds, est nommée au rang de « Chevalier de l’ordre national du Mérite » par la Ministre de l’Ecologie, Madame Delphine Batho.

 

Cette distinction, créée en 1963 par le Général de Gaulle, récompense les « mérites distingués » rendus à la nation française. « Cette récompense en dit long sur les divergences irréconciliables des ministres de la Pêche et de l’Ecologie, bien que le premier soit supposé être subordonné au second dorénavant » note Claire Nouvian.

 

« D’un côté, nous avons un ministre délégué à la pêche, Frédéric Cuvillier, qui fait la part belle aux lobbies et entend dicter à l’Europe un règlement « pêche profonde » qui profiterait principalement à Intermarché, et de l’autre, une Ministre de l’Ecologie qui, avec cette récompense, m’encourage en somme à poursuivre mon combat contre les lobbies pour que leurs intérêts ne priment pas sur ceux des Français » relève Claire Nouvian. « Est-ce un aveu d’échec politique à faire adopter un minimum d’ambition environnementale à la France ou au contraire le signe que Mme Batho a la volonté de prendre activement la défense des Français et de la biodiversité marine contre les intérêts privés ? »

 

Dans une lettre ouverte (Claire Nouvian nommée Chevalier de l’ordre National du mérite), Claire Nouvian exprime l’espoir que cette nomination soit le signe de l’engagement de Delphine Batho, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, en faveur de la protection de la biodiversité marine et de l’élimination de méthodes de pêche aussi destructrices des fonds marins que des fonds publics, en raison des subventions publiques substantielles qui leur sont versées. (Le bilan accablant de la flotte d’Intermarché )

 

« Le Chalutage profond est désormais doublement condamné : économiquement d’une part, car c’est une activité très gourmande en gasoil et chroniquement déficitaire, et politiquement de l’autre, car cette méthode de pêche n’est plus compatible avec les objectifs de la Politique Commune de la Pêche tels qu’ils ont été actés par le Conseil des Ministres de l’UE la semaine dernière » analyse Claire Nouvian. (Politique commune de la pêche : la présidence irlandaise dispose enfin d’un mandat – Lire aussi Lettre à Mr Fréderic Cuvillier)

 

« C’est peut-être parce qu’ils comprennent que la pêche profonde est une activité inacceptable et moribonde que les dirigeants d’Intermarché ont décidé de masquer aux Français qu’ils en étaient les leaders et qu’ils cherchent à faire valoir les rares pratiques correctes qu’ils ont enfin décidé d’investir dans la pêche. S’ils reconnaissaient publiquement avoir fait fausse route en misant sur la pêche chalutière profonde et commençaient au moins à s’en désengager, leur campagne de pub ne laisserait pas un goût aussi amer » conclut Claire Nouvian.

Partager :